Il est ici, irréparablement.

« Seulement voilà, je ne peux pas me déplacer sans lui. Je ne peux pas le laisser là où il est, pour l’emmener, moi, ailleurs.

Je peux bien aller au bout du monde. Je peux bien me tapir. Le matin, sous mes couvertures, me faire aussi petit que je pourrais, je veux bien me laisser fondre sur la plage, il sera toujours là où je suis.

dame couchee

Et si par bonheur, je vivais avec lui dans une sorte de familiarité usée, comme avec une ombre, comme avec ces choses de tous les jours que finalement je ne vois plus et que la vie a passé à la grisaille (…)

Il est ici, irréparablement, jamais ailleurs. Mon corps est le contraire d’une utopie. Ce qui n’est jamais sous un autre ciel. Il est le lieu absolu, le petit fragment d’espace avec lequel, au sens strict, je fais corps. »

Michel Foucault.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :