Retour à Pralo

Sentiment de boucler une boucle ou plutôt d’avoir fini de dérouler l’enrouleur. Revoir des gens, des paysages, des expressions, des rôles. Là-bas, petit microcosme stagnant, s’aimer ou pas n’est pas la question, la question est de vivre ensemble. Se retrouver et n’avoir pas changé. Ou si peu. Si peu à l’échelle du monde, du temps, de l’avancée planétaire. Je ne me sens plus dedans : oh, je savais que ça arriverait un jour. Je suis à l’aise, et lasse en même temps. Je n’aime pas les choses fixées. Installées. Immuables. en tout cas ce qui donne l’impression que rien ne bouge. Sauf soi.

Cycle de saison qui tourne en rond. Fumées de souvenirs confondues avec le réel. Amas d’amalgames, épais brouillard de sauvagerie, amour, vice, brutalité et passion. Plaisir et intensité maximale, ces maîtres mots qui résident encore dans les restes de cette vie passée.

Je ne suis plus une catastrophe. Je vis sur les traces de cette gamine aux grands éclats. Jeunesse vécue différemment, je grandis en toute immaturité. Paradoxe de toutes ces possibilités, je file comme un oiseau avide de soigner ses blessures.

IMG_7750

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :